//
lienlien
Nouvelle MàJ: 18/10/17
Date d'ouverture : 27/03/2013
3eme saison : Take the power back 28/04/2017
Temps de jeu : Eté 2018
Intrigue VII : New Order Has Been Hacked
Forum optimisé sous Chrome et Firefox
VOTEZ♥

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Lost in The Echo

Version : Are you Ready for the Storm ?

Partagez| .

White Shadows - Cole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Messages : 201
Avatar : Candice Accola
Crédits : sanae/tumblr
Age du personnage : 29 ans
Aura : Athéna
Profession : Sous-Secrétaire d'Etat à la Justice.
Humeur : Vigilante, mais ambitieuse
Citation : Pour qui est décidé à agir injustement, il n'y a pas de défense qui vaille.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: oui
Infos fermées
MessageSujet: White Shadows - Cole Dim 30 Avr - 19:27


Every step that you take
Could be your biggest mistake
It could bend or it could break
That's the risk that you take

    Le soleil avait beau avoir pointé son nez en cette journée printanière. Il régnait un climat glacial dans le bureau qu’occupait désormais Blythe, au sein du département de la Justice, directement relié au Ministère de la justice. Celui-là pour lequel elle travaille comme sous-secrétait d’Etat. Climat glacial, car les dossiers qu’elle épluchait n’avaient rien d’enthousiasmant. Si Cole a tenu ses promesses, il semble que son cadeau n’est plus ni moins, qu’empoisonné. Avoir un poste de pouvoir, ne vous donnait pas forcément du pouvoir. Blythe pouvait parler, elle pouvait négocier certaines choses, proposer des changements…Mais, la décision ne lui revenait jamais. Et alors même qu’elle peut se rassurer d’avoir la complicité de Wesley Mountbatten, il lui semblait évident que ce dernier ne pourrait jamais accepter toutes ses suggestions et autres solutions pour les pacifistes. Car Blythe n’est pas ici pour le pouvoir, ou par amour du nouvel ordre. Elle s’est infiltrée au sein de ce gouvernement, elle s’est battue pour avoir cette place et la parole de Cole…uniquement pour pouvoir défendre les droits de ceux en qui elle croit : les pacifistes. Ses droits qui sont bafoués et méprisés ces dernières semaines. Toute la politique des check points l’a met extrêmement mal à l’aise. Ce sera quoi dans trois mois ? Dans un an ? Un an…survivront-il d’ailleurs aussi longtemps ?

    Perdue dans ses pensées, la jeune femme fut extirpée de ses questionnements face à un message sur son téléphone. Le Premier Ministre en personne lui envoyait des textos…Drôle de premier ministre, dirons certains. Sauf que pour elle, il s’agissait de son ex-mari. De l’homme qu’elle avait aimé d’une certaine façon, mais qu’elle avait fini par craindre. L’homme dont elle s’est méfié et qu’elle a dédaigné, mais celui qui l’avait toujours épargné, protégé malgré ses luttes et autres affaires contre le nouvel ordre, du temps ou elle était avocate. Le symbole même du nouvel ordre, celui qui lui avait tendu la main, pour une alliance, un partenariat qui lui donnerait la possibilité de défendre ceux qu’elle aime. Tout a réussi, mais le résultat n’est vraiment pas celui qu’elle espérait. Blythe soupire en lisant le message de Cole. Il voulait la voir, de toute urgence. Ce qui voulait dire, tout de suite. Elle refermait sa pile de dossier, refermait son bureau et laissa un mot pour sa secrétaire. Ses rendez-vous seront retardés, visiblement. Direction le parlement. Là ou la recevait souvent Cole. Jamais dans son bureau. Jamais chez lui. Toujours dans ce parlement, à présent presque vide. Pas en nombre de personnes, mais vide car il n’y avait plus de débat ici. Cet endroit, n’est plus que fantômes et faux semblants. On prenait encore les gens pour des cons, leur faisant croire qu’il existait encore une démocratie.

    D’un pas lent, mais décisif, elle avançait dans les couloirs. Son regard à l’affut, à la recherche de tout et de rien. Parce qu’il n y avait pas besoin de chercher Cole, elle savait précisément ou le retrouver. Toujours devant le porte d’un bureau, devenu le sien en ses lieux. Discutant, avec d’anciens opposants à la politique du nouvel ordre. Ils étaient de plus en plus nombreux devant ce bureau, faisant allégeance au jeune Premier Ministre. Blythe pouvait comprendre qu’on puisse être séduit par l’aura et le charisme de Cole, sans distinction de sexe. Mais de là à tomber pour son esprit, c’était une autre histoire, si différente. Elle n’avait pas envie de juger chez personnes. Elle se doutait qu’ils devaient dire la même chose d’elle. Une ancienne pro-art, vendue. L’ex femme qui rejoint les rangs. Faux. Pourrait-elle leur hurler. Mais personne ne veut la croire. Même elle ne sait plus que croire, se sentant impuissante malgré sa position.

    « Monsieur le Premier Ministre ? Vous vouliez me voir ? »

    Protocole obligé. Blythe s’y soumettait en s’immobilisant devant ce groupe d’individus, si charmé par le dit Premier Ministre. Il ne l’a jamais fait attendre. Il finit toujours par couper court à ses discussions lorsqu’elle apparait. Comme si…ce qu’il devait ou pouvait lui dire, s’avérer être plus important que ses parties d’échec sur terrain réel. Sans un mot de plus, elle le suivit jusqu’au bureau. La porte se refermant systématiquement suite à son entrée. Et sans attendre encore une seconde, elle demande avec lassitude.

    « Je te rappelle que j’ai une tonne de boulot, et tes textos se font un peu trop fréquents ces temps-ci…Quelle est cette urgence, cette fois ? »

    Plus de protocole, le ton change. Elle parle à l’ex mari, ou au premier Ministre ? Y-a-t-il vraiment une différence lorsqu’ils se retrouvent, seuls, en face à face ?

・・・・・・・・・・・・・・・
Turn the anger into water; let it slip through our hands; We all bleed red, we all taste rain, all fall down, lose our way ▵ ©️endlesslove.
Welcome to the resistance, the tension is here, between who you are and who you could be; between how it is and how it should be
Revenir en haut Aller en bas
Every choice is mine. The canvas. The color.
avatar
Messages : 5051
Avatar : Joseph Morgan
Crédits : tag(avatar) & sassycece (gifs) & EXORDIUM. (sign)
Age du personnage : 35 ans
Aura : Ares
Profession : Prime Minister
Humeur : Stratège
Citation : Le pouvoir est une jouissance. La jouissance est dans le pouvoir.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: on
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Mar 2 Mai - 16:11

    Dans la vie des sociétés, il est des époques où la Révolution devient une impérieuse nécessité, où elle s’impose d’une manière absolue. Des idées nouvelles germent de partout, elles cherchent à se faire jour, à trouver une application dans la vie, mais elles se heurtent continuellement à la force d’inertie de ceux qui ont intérêt à maintenir l’ancien régime, elles étouffent dans l’atmosphère suffocante des anciens préjugés et des traditions. Les idées reçues sur la constitution des Etats, sur les lois d’équilibre social, sur les relations politiques et économiques des citoyens entre eux, ne tiennent plus devant la critique sévère qui les sape chaque jour, à chaque occasion, dans le salon comme dans le bar, dans les ouvrages du philosophe comme dans la conversation quotidienne. Les institutions politiques, économiques et sociales tombent en ruine ; édifice devenu inhabitable, il gêne, il empêche le développement des germes qui se produisent dans ses murs lézardés et naissent autour de lui. Pourtant, le nouvel ordre n'a pas connu d'échecs. Il n'a pas non plus connu de révolution assez féroce pour reculer. Au contraire, le nouvel ordre n'a cessé de se déployer, de grandir. Et s'il y a révolution, elle ne peut venir que de lui, pour le faire glorifier, pour lui donner de nouveaux visages. Plus jeunes, plus directs, plus déterminés. N'est-ce pas ce qu'on fait Cole et ses partenaires ? Le coup d'Etat était une révolution. Les mêmes principes, les mêmes lois, mais d'autres décideurs. Bien placés pour pouvoir décider de ce qui pouvait s'avérer être le mieux, pour des adversaires nés d'une même et seule génération qu'eux. S’il y a six ans, on lui avait posé la question, Cole aurait pu avouer s’être imaginé, à maintes reprises, à la position qu’il tenait désormais. Celle d’un chef d’Etat, non élu par le peuple. Mais propulsé par ceux qui sont les plus qualifiés pour juger et donc, choisir. Ce n’est pas un succès, mais une revanche. Une revanche face à son passé, face à tout ce qu’il avait pu subir comme injustice en n’étant qu’innocence. L’innocence n’est plus. Il n y a plus que l’homme, fier et audacieux, fort et intransigeant.

    De plus, Cole n’est pas un leader qui ignore ceux qui se révoltent contre sa propre révolte. C’était bien pour cette raison qu’il rôdait au parlement, à la recherche de quelques miettes de l’opposition. Pour les exploiter, les rallier et les utiliser afin de faire taire les mécontents. C’est aussi, pour la même raison qu’il avait glissé un texto à Blythe. Comment nommer cette femme ? Ex-femme, partenaire, collègue, adversaire idéologique…Blythe est tout ceci et bien davantage. Il ne niera jamais son aide pour le coup d’Etat. Il ne niera pas non plus le fait qu’il l’a préféré prés de lui, que loin, là ou il ne sait ce qu’elle pourrait manigancer. Blythe n’a jamais été une faiblesse à ses yeux. Contrairement à Alys, qui alimentait toujours autant de regret de colère en lui. La mort de cette amie d’enfance, amante, partenaire de choix, ne cessera jamais de le hanter. Ne cessera jamais de nourrir sa haine pour les groupes armés. Blythe, était une arme. Du moins, dans les jeux politiques, c’est ainsi qu’il la voyait. Une arme redoutable, qu’il arrivait à diriger et bien mener jusqu’ici. Et c’est un peu dans cette logique qu’il l’avait convoqué, exigeant d’elle qu’elle le rejoigne sans trop tarder.

    Et c’est avant même qu’elle ne l’interpelle, qu’il comprit qu’elle était là. Aucune magie, ni aucun espionnage là-dedans. C’est à ses pas qu’il l’a reconnut. Il est vrai que leur mariage ait été un échec, il est aussi vrai qu’ils n’ont jamais pu être proches au sens propres du terme. Néanmoins, il en sait beaucoup sur cette femme qu’il a vue évolué, de la fille à papa, à la femme pleine de convictions qui n’a jamais eu peur de se mettre en danger. Blythe est indispensable dans ce gouvernement. Avant de ne se tourner vers elle, il adresse quelques derniers mots aux hommes l’entourant. « Messieurs, je vous prie de m’excuser. Je suis certain que nous aurons l’occasion de poursuivre cette conversation, prochainement ». Il est aussi vrai, il ne la faisait jamais attendre. Car ce qu’il pouvait lui demander, est plus important que le reste. Surtout en ce moment. Il l’invite à entrer dans un bureau qu’il a fait sien en ses bâtiments. Sans aucune surprise, la jeune femme montait déjà sur ses grands chevaux alors que la porte venait tout juste de se refermer. Avec un sourire mutin, il prit place sur le large siège, invitant Blythe à en faire de même d’un geste de la main. « Navré de perturber tes responsabilités. Mais sache que c’est réellement une urgence, et tu me sembles la mieux placée pour la gérer… » Laissons quelques secondes planer, le temps que la jeune femme pose son postérieur sur ce siège, à présent qu’il avait son attention, il reprit sur un ton clair et direct. « Le projet des résidences sur l’ancien quartier de Camden Town fait du bruit, dans les quartiers à majorité pacifistes…Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’il y a un autre projet, de résidences dont ils pourront bénéficier, à Canterbury et Dover » Toutes deux, villes éloignées de la capitale. Car le but étant de les éloigner de Londres. « Je veux que tu te déplaces dans les quartiers et que tu leur expliques qu’ils seront relogés, aussi…Et que le terrain de Camden Town est propriété de l’Etat, et on en fait absolument ce qu'on veut. »


・・・・・・・・・・・・・・・



★ When a man hurries, the devil smiles ★
Power is not a means, it is an end. One does not establish a dictatorship in order to safeguard a revolution; one makes the revolution in order to establish the dictatorship.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 201
Avatar : Candice Accola
Crédits : sanae/tumblr
Age du personnage : 29 ans
Aura : Athéna
Profession : Sous-Secrétaire d'Etat à la Justice.
Humeur : Vigilante, mais ambitieuse
Citation : Pour qui est décidé à agir injustement, il n'y a pas de défense qui vaille.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: oui
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Sam 20 Mai - 14:48

Si beaucoup se demandent ce que peut bien faire Blythe au sein de ce gouvernement. Il faut savoir que Blythe elle-même s’est déjà posée cette question, et continue à se la poser aujourd’hui encore. Elle n’est pas dupe. La jeune femme savait dés le départ que Cole l’utiliserait d’une façon ou d’une autre. Elle a accepté ce fait intérieurement, car elle se disait que, elle aussi, pouvait utiliser Cole. Ce partenariat était du donnant-donnant. C’est ce qui avait conclut lorsque Cole avait fait appel à elle, au monument, pour lui expliquer ce qu’il comptait faire, son coup d’Etat, sa petite stratégie…et quel rôle elle pourrait avoir auprès de lui. La jeune femme s’était toujours demandée si Cole espérait d’elle, qu’elle devienne comme Alys. Car elle connaissait l’histoire de Cole et de cette femme. Elle a même été témoin de leur complicité inégalable alors qu’elle était sa femme. Blythe a également vu la souffrance de Cole à la mort d’Alys, tué par des résistants armés. La haine que nourrit Cole envers les groupes armés est une aubaine pour Blythe. Elle n’aurait jamais pensé pouvoir exploiter la souffrance d’autrui pour arriver à ses propres fins. Et pourtant, c’est ce qu’elle faisait. Détourner toute l’attention du premier ministre des pacifiques, et faire en sorte qu’il concentre tous ses efforts sur la résistance armée. Malgré cela, des décisions ici et là continuaient à venir bouleverser la vie des pacifiques. Les checkpoints, bien qu’elle puisse comprendre qu’ils contribuent à freiner la résistance armée. Elle ne peut que constater qu’ils pourrissent tout autant la vie des autres citoyens. Et cette nouvelle, de logements luxueux sur le terrain de Camden Town…c’était une provocation en trop ! Mais alors qu’elle pensait que ça ne pouvait aller plus loin, voilà que Cole lui soumet une bien dérangeante annonce qui lui fait froncer les sourcils, avant qu’elle n’explose avec indignation, et dans une incompréhension totale !

« QUOI !? »

Son ton venait de prendre des proportions que ces murs ne pouvaient diminuer. Elle bondissait quasiment de sa chaise. Blythe comprenait que ça faisait partie du jeu qu’elle aille calmer la résistance pacifique sur certains points du gouvernement. Seulement, elle était loin d’imaginer que ce foutu gouvernement chercherait à faire fuir toute une partie des londoniens. Car il s’agissait de cela. Les reloger, mais le faire en dehors de Londres. Elle n’arrivait pas à le croire !

« Que vous faites ce que vous désirez de Camden Town, je présume que je ne peux l’empêcher. Mais que tu me demandes d’aller annoncer à ces gens que nous allons leur donner des logements à Conterbury et Dover ? » Elle hoche la tête et lève les yeux au ciel, stupéfaite et exaspérée. « Que je leur annonce que vous ne voulez plus d’eux à Londres !? Car je ne vois pas ce que cela veut dire d’autre. Dois-je te rappeler que la majorité de ces personnes ont toujours vécu ici ? Ils travaillent ici, ils ont construit leur vie à Londres ! »

Elle souffle un bon coup. Essayant de reprendre son calme tant bien que mal. Foudroyant son ex-mari du regard. Comment peut-il seulement croire une seule seconde qu’elle accepterait de faire ce qu’il demandait. Qu’elle approuverait ce projet. Pensait-il vraiment qu’elle abdiquerait aussi facilement ? Blythe pensait que Cole la connaissait bien mieux que cela. Visiblement, elle s’était trompée.

« Je refuse. Je refuse d’être complice d’une telle injustice ! »

Etait-ce sa démission qu’il cherchait à provoquer ? Blythe ne comprenait pas ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Elle n’avait jamais signé pour être une marionnette.

« As-tu seulement mis une seule fois les pieds dans ses quartiers que vous avez coupé du monde ? Non. Eh bien, il est peut-être venu le temps pour toi de le faire, et de leur annoncer toi-même votre si généreux projet ! »

Quitte à te prendre une balle en pleine tête. Vu qu’ils tiennent manifestement à ce que les pacifistes suivent le mouvement des groupes armés et deviennent des loups sanguinaires ne jurant que par le sang. C’est exactement ce qui finira par arriver, si le gouvernement n’arrête pas ses discriminations interminables envers tous ceux qui ne se prosternaient pas devant eux.

・・・・・・・・・・・・・・・
Turn the anger into water; let it slip through our hands; We all bleed red, we all taste rain, all fall down, lose our way ▵ ©️endlesslove.
Welcome to the resistance, the tension is here, between who you are and who you could be; between how it is and how it should be
Revenir en haut Aller en bas
Every choice is mine. The canvas. The color.
avatar
Messages : 5051
Avatar : Joseph Morgan
Crédits : tag(avatar) & sassycece (gifs) & EXORDIUM. (sign)
Age du personnage : 35 ans
Aura : Ares
Profession : Prime Minister
Humeur : Stratège
Citation : Le pouvoir est une jouissance. La jouissance est dans le pouvoir.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: on
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Sam 3 Juin - 2:59

    Si exister, c’est être en vie, être en vie ce n’est qu’un jeu en perpétuel recommencement. Un jeu où l’on peut gagner, mais où l’on peut perdre énormément également. Un jeu qui dépend simplement du hasard, et d’une part de notre implication personnelle aussi. Un jeu qui, comme tant d’autres, échappe bien souvent à toute logique, sans échapper à de quelconques probabilités néanmoins. Ici, il n’est pas question de calculs statistiques pour savoir si la pièce que vous laissez va retomber sur pile ou sur face et, ce, en fonction du nombre de fois où l’un des deux côtés est déjà sorti, au même titre que la probabilité de base que le côté face sera généralement celui qui sortira le plus souvent. Non, le calcul qui s’opère est plus social, plus humain et plus personnel en même temps. Les nombres se remplaceront par des situations. Un bonjour à celui-ci + ignorance de ce dernier = une évolution particulière pour ses deux relations qui se répercuteront d’une manière ou d’une autre sur des personnes supplémentaires de notre entourage. Ce ne sont pas des chiffres mais des pensées et des faits que nous additionnons, essayant bien évidemment de pouvoir fixer un premier résultat qui, selon ses chances de réussites, nous voudrons infirmer ou confirmer en se risquant à l’expérience. Echappant ainsi à toute base solide, il sera bien difficile, voire impossible de pouvoir déterminer une chance plus importante de gagner, ou de perdre. Car, qu’est l’inconnu dans ce calcul, dans cette opération ? L’imprévisibilité des autres, et de leurs réactions se manifestant en fonction de vos choix. Ce facteur, s’il n’est jamais à oublier, s’il est le premier à prendre en considération dans ce raisonnement, ne nous permettra jamais de poser un rythme régulier entre la « victoire » et la « défaite ». Même en voulant se montrer optimiste, et en se réconfortant par cette logique naturelle quelque part, ce n’est pas parce qu’une personne « perd » dans chaque épreuve de sa vie, pendant une dizaine d’années par exemple, que la décennie suivante lui sera plus souriante et ne lui amènera que des succès.

    C’est même l’expérience vécue par Cole. Il n’était rien il y a de cela quelques années. Aujourd’hui, il est tant de choses et tant d’actes. La roue a tourné pour lui, sa vengeance sur le passé se dessine de plus en plus clairement. Néanmoins, il n’a la garantie de strictement rien dans ce monde où chacun peut tomber, faillir, voire même mourir du jour au lendemain sans même s’y être préparé. Humainement, il est difficile de savoir quel Cole a été le plus humain. Le gosse martyrisé, l’adolescent baratineur, ou l’adulte destructeur ? Peut-être chacun d’eux l’a été et continue à l’être d’une façon totalement différente. La jeune femme en face de lui était bien placée pour le savoir. Bien qu’elle continue, et continuera sans doute toujours, de juger ses actes et décisions comme plus infâmes les unes que les autres. Blythe est supposée réagir ainsi. Cole n’en attendait pas moins de la jeune femme. Ce qu’il lui faut à présent, c’est de retourner la situation à son avantage. Et pour cela, il y avait une technique bien simple à mettre en pratique. Céder la parole à l’autre. Ecouter ces alternatives, s’ils en existent. Lui tendre l’oreille. Tenter de trouver un compromis. Mais au final, toujours avoir le dernier mot.

    « Te connaissant, je savais bien que ce ne serait pas si simple » De te convaincre ? De te voir exécuter sans piquer ta petite crise ? C’était ça et bien d’autres mots non prononcés. Ce qui était presque fascinant dans cet instant, c’est le contraste flagrant entre la réaction impulsive et outrée de Blythe. Et le calme, quasi intrigant et même dérangeant de Cole. Hormis son regard qui avait suivi avec attention la réaction de la jeune femme, rien n’avait bougé d’un millimètre chez lui. Ses doigts posés délicatement sur le bord de son bureau, firent un léger mouvement de tapotement alors qu’il reprenait la parole. « C’est pour cette raison que je tenais à te voir en personne, et en discuter avec toi. » Blythe avait son importance. Avoir une sympathisante invétérée pour les résistants pacifistes n’est en rien une faiblesse, mais un atout considérable pour le gouvernement. Blythe était aussi, importante. En tant que personne, en tant que femme, en tant qu’ex femme. Si ces deux là ne se sont jamais aimés comme il se devait. Aucun des deux ne pourra nier avoir partagé quelque chose de singulier durant les deux années ou ils étaient mariés. Blythe connait des choses sur le compte de Cole. Et l’inverse tient tout autant la route. « Les reloger à Camden Town est impossible. La position du quartier ne le permet pas, ils seront cernés par des pro nouvel ordre de toute part…La passage aux checkpoints ne sera que plus problématique pour eux... » Quelques petites fractions de secondes de silence, pour ajouter. « Londres n’est plus ce qu’elle était. Tu le sais, je le sais…Tout le monde le sait. Je ne dis pas qu’ils n’ont plus leur place ici, je dis seulement que leur aise sera difficilement retrouvée dans les circonstances actuelles. »

    Se redressant de son siège pour poser ses bras sur son bureau et faire mieux face à Blythe. Cole ne faisait pas barrages aux éventuelles suggestions de la jeune femme. Au contraire, il mettait à disposition son argumentaire d’avance, il lui laissait la main. « Cependant, je suis prêt à écouter tes propositions. Et si l’une d’elles me convainc, crois-moi…je me déplacerai avec toi au sein des quartiers. »

・・・・・・・・・・・・・・・



★ When a man hurries, the devil smiles ★
Power is not a means, it is an end. One does not establish a dictatorship in order to safeguard a revolution; one makes the revolution in order to establish the dictatorship.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 201
Avatar : Candice Accola
Crédits : sanae/tumblr
Age du personnage : 29 ans
Aura : Athéna
Profession : Sous-Secrétaire d'Etat à la Justice.
Humeur : Vigilante, mais ambitieuse
Citation : Pour qui est décidé à agir injustement, il n'y a pas de défense qui vaille.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: oui
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Mer 21 Juin - 2:45


  • Convaincre Cole O’briain ? N’est-ce pas un peu l’histoire de sa vie depuis qu’ils s’étaient mariés ? Ce duel avait finit par avantager nettement l’ex mari que l’ex Madame O’Briain. Au fond, Blythe savait qu’il a toujours été celui à tenir les rênes. Et qu’il continuait à les tenir, d’ailleurs. Pourtant, elle avait réussit, à quelques occasions, à obtenir le dernier mot. Mais, c’était parce que ce dit dernier mot arrivait à donner un certain avantage à Cole, à un moment donné dans le temps. C’est comme si, il avait toujours un train d’avance sur elle. Désormais, Blythe n’était plus toute seule, elle avait Wesley sur qui elle pouvait compter. Mais encore, leur collaboration devait demeurer discrète. Cette complicité serait sans l’ombre d’un doute punit de la plus atroce façon, pour les deux, si elle venait à être soupçonnée et prouvée. Sur cette affaire, la jeune femme ne pouvait compter que sur elle-même, et sur les points faibles de son vis-à-vis. Il n’était pas invincible, même si c’était difficile à croire. Elle pouvait le convaincre, en choisissant les bons mots, les bonnes formules…les souvenirs qui fâchent, aussi. De plus, le temps ou Blythe croyait voir du bon en Cole n’était pas totalement révolu. Elle savait que quelque part, cet homme qui avait su faire preuve d’amour pour Alys Evans, existait toujours. Cet homme qui est à l'image d'une lame à double tranchant, car il l’avait connu faible et tellement docile, et elle connaissait ses pires facettes. Il est donc autant sa faiblesse que sa force. Sans lui, sans son passage dans sa vie, elle n’aurait pas pu se surpasser, elle n’aurait probablement pas cette envie de justice acérée, elle ne serait pas devenue résistante d'un système caduque, érigé par l'argent et une puissance démesurée. Reconnaissante, Blythe ? Elle croit que la vie excelle en donneuse de leçons, et cette partie de sa vie en a été une grande.

    Elle reprit son calme. Toujours prise par sa fougue faisant contraste avec l’assurance affichée et assumée de Monsieur le premier Ministre. Elle aurait voulu avoir un verre d’eau à proximité, ça l’aurait sans doute aidé à se détendre davantage. Blythe n’était pas stupide et savait que quelle que soit l’alternative proposée, Cole finirait par en trouver la faille et l’utiliser à sa guise. C’était mieux qu’un refus de collaborer. Car elle aussi, pourrait utiliser sa proposition de manière à reprendre le dessus sur la table des jeux. Il lui fallait alors réfléchir, et vite. Dans sa tête, c’est la carte de Londres qui lui vint, elle tentait de mettre en relation l’ensemble des quartiers, les checkpoints, les zones désertées et celles désormais surpeuplées. C’est vrai, Londres avait bien changé depuis de sinistre 21 décembre 2012. Les yeux baissées, elle réfléchissait en silence. Et c’est seulement lorsqu’elle eut une réponse qu’elle posa ses yeux couleurs azur sur celui de son ex-mari. « J’ai une proposition… » Déclarait-elle avec conviction. Son regard se perdit dans le bureau, comme si elle était à la recherche de quelque chose. Et tout en fouillant la pièce du regard, elle ajoutait. « J’aurais besoin de la carte de Londres, la plus récente possible…si ce n’est pas trop demandé. » Sa phrase se terminant par le retour de son regard sur Cole. La jeune femme attendit une réponse de la part du Premier Ministre. Et elle n’avait pas eu à attendre trop longtemps pour que sa demande obtienne réponse. Blythe quitta son siège afin d’étaler la carte sur le bureau, fixant celle-ci par des objets sur ses bords, toisant la carte de haut, tout autant que son vis-à-vis, son regard trouva sans difficulté l’endroit recherché. Son doigt alla le tapoter directement. « South Bank ! Tout ce qui se trouve à l’arrière de Waterloo Station n’est que ruines et débris ». Le premier quartier détruit par le gouvernement. Cole en savait quelque chose, lui qui jouait le Maire, à l’époque.

    « Un point noir, en plein centre de la Capitale. Bien moche, n’est-ce pas ? » Son regard quitta la carte pour chercher celui de son vis-à-vis. Son corps toujours légèrement penché vers le centre du bureau, elle poursuivit son idée. « Ces ruines sombres et abandonnées sont devenues le repère des dealers de drogues, prostitués et autres lieu privilégié de rencontres pour…nos chers amis les résistants armés » Sure d’elle, elle défiait presque Cole du regard à cet instant. « Sous votre nez, ils se cachent ici. Ne me demande pas comment je le sais. L’alliance avec les pacifistes a été un trésor d’infos, certaines ignorées par ceux qui vous ont précédé… » Elle se redresse enfin et laisse un court soupire se faire légèrement entendre. Se demandant si Cole avait compris ce qu’elle proposé ou si ça demeurait encore flou pour lui. « Faite renaître cette partie du quartier. Reloger les pacifistes ici, ceux que vous jugez être les moins importants, les moins dangereux…Oui, je sais, c’est à coté de Westminster. Et alors ? C’est une aubaine, vous pouvez les encercler, mieux les maîtriser, et réduire à néant l’autre vermine qui exploite ses ruines sans que vous ne vous doutiez de rien. » Son regard implorait presque. Blythe n’était pas en traîne de vendre certains pacifistes au gouvernement. C’est le contraire, les placer ici étaient plus stratégiques que n’importe quelle autre idée. Le but final était de reprendre le dessus, et elle savait ce qu’elle faisait en proposant cela. « Nous avons toujours eu un ennemi commun : la résistance armée. Celle qui tue aveuglement, celle qui fait de Londres un champ de bataille, celle qui a ôté la vie de tant d'innocents...D'Alys » Elle savait ce qu'elle risquait en prononçant ce prénom, en face de Cole. Mais c'était nécessaire pour elle de l'utiliser, exactement à ce moment. « Et il faut être partout pour l’anéantir…parce qu’ils sont partout. Crois-moi, les pacifistes ne demandent qu’une petite touche de justice. Reloger certains ici sera une main tendue, mais aussi un contrôle absolu…Penses-y ! »


Spoiler:
 

・・・・・・・・・・・・・・・
Turn the anger into water; let it slip through our hands; We all bleed red, we all taste rain, all fall down, lose our way ▵ ©️endlesslove.
Welcome to the resistance, the tension is here, between who you are and who you could be; between how it is and how it should be
Revenir en haut Aller en bas
Every choice is mine. The canvas. The color.
avatar
Messages : 5051
Avatar : Joseph Morgan
Crédits : tag(avatar) & sassycece (gifs) & EXORDIUM. (sign)
Age du personnage : 35 ans
Aura : Ares
Profession : Prime Minister
Humeur : Stratège
Citation : Le pouvoir est une jouissance. La jouissance est dans le pouvoir.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: on
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Mer 5 Juil - 17:10


  • A-t-on besoin d’opposition, lorsque l’on a Blythe Nightingal en face ? Question réductrice, dites-vous ? Réduire tout un groupe important de personnes, à un seul figurant ? Si cette question se posait dans l’esprit de Cole, c’est qu’il y avait une reconnaissance indéniable des talents, des convictions, et des propositions de la jeune femme. L’avoir épargné a peut être été son ultime et plus grande erreur. L’avoir sous-estimé, réduite à être une simple avocate qui prônait une justice inexistante. Oui, Cole veut bien l’admettre, la petite Blythe avait bien grandit. Et elle est devenue une femme remarquable. Il n’avait pas choisi de faire d’elle une alliée pour rien. Mais le mot « alliée » ici devait être pris avec des pincettes. Bien que, il ne pouvait résister à cette étrange envie, besoin même, de l’écouter, de l’épauler, de trouver une entente qui puisse toujours la garder au sein de son gouvernement, prés de lui, car il pouvait encore l’influencer, ou surveiller ce qu’elle faisait. Voire, arriver à anticiper ses alternatives. Il ne prononce aucun mot et répond positivement à sa demande. Une carte toute récente de Londres s’étalait déjà sous leur yeux, Cole ne choisissait ce bureau pour tenir ses rencontres pour rien, il y avait à peu prés tout ce qu’on désirait, politiquement et stratégiquement parlant. « Impressionne-moi ! » Lui lançait-il avec un petit air de défi, en posant le regard sur elle. Il suivit le sien alors qu’elle semblait bien décidée à retrouver un endroit bien précis. La jeune femme pointait directement sur South Bank. L’histoire de ce quartier est désormais connue. Il fut la première cible du nouvel ordre, dés 2013, il avait été rasé. Pour cause, South Bank était l’adresse de choix des artistes. Un quartier privilégié, qui avait fait office de refuge en plein cœur de la Capitale. Il se souvient encore de sa destruction. Tout comme, il sait qu’il était resté à l’abandon depuis. Tous les rapports signalaient un quartier fantomatique. Uniquement fait de poussières et de débris. Rien pour inquiéter. Pourtant, il semblerait que ses prédécesseurs avaient joué les sourdes oreilles.

    Son regard rencontra celui de la jeune femme, l’espace d’une seconde. Elle continuait son monologue, et il était difficile pour lui de le contre attaquer. Car Blythe choisissait bien ses mots. Elle portait avec elle des arguments qui touchaient Cole. Lorsqu’elle prononça le prénom d’Alys, le jeune premier ministre vit ses poings se serraient systématiquement. Sans qu’il ne contrôle quoi que ce soit, son regard était traversé par une lueur colérique, triste, et emplit de rancune. Alys a été la faiblesse de Cole. Et il aurait voulu conjuguer cela au passé uniquement. Force de constater qu’elle continuait à être sa faiblesse. Il avait tout fait pour elle, elle avait été sa partenaire par excellence. Et au final, il n’avait pas su la sauver de la résistance armée, qui l’avait tuée…froidement ! Blythe le connaissait bien, trop bien même. Pour cause, elle avait été présente, à sa façon, tout au long de son deuil. Un silence lourd de sens gagna l’atmosphère. Il évitait le regard de Blythe, juste le temps de se reprendre, de chasser ces circules émotionnelles qui l’avaient submergé quelques secondes. Il se redressa et fixa son ex-femme du regard. L’attachement que porte Cole aux plans dont l’accomplissement se conforme à ses attentes ne l’empêche pas d’apprécier tout autant d’éventuels rebondissements, pour peu que ceux-ci pimentent de façon intéressante la situation. Il s’agit de prendre les choses telles qu’elles viennent, sans faire leur négation, pour faire de leur incongruité un plus, un avantage. « Tu as raison, nous avons bien un ennemi commun » Commençait-il en croisant les bras au niveau de son torse. La proposition avait ses avantages, mais elle avait aussi des inconvénients. Et qu’importe les engagements qu’il pourrait mettre sur la table en contre partie, il sait qu’il sera peu aisé de les maintenir sur le long terme.

    Certes, les pacifistes ne faisaient pas dans la violence. Mais se rebeller en exerçant l’art, était une violence en elle-même. « Ta proposition est…bien trouvée, je dois dire. Mais, elle n’est pas sans complications pour nous. » Il ne la refusait pas, il poursuivit en détournant le bureau pour venir à hauteur de la jeune femme, jetant un nouveau coup d’œil sur la carte. « Je vais suspendre le projet à Dover et Conterbury, le temps que je discute de ta proposition avec mes ministres » Il pensait particulièrement à Wayne et Winston, en premiers lieux. Mais également à Ronan, son conseiller. Ses yeux retrouvent ceux de la jeune femme, jaugeant l’espace d’une seconde l’expression de celle-ci avant de ne poursuivre. « Si celle-ci est acceptée, elle se fera selon mes propres exigences et directives, que…tu ne discuteras pas. » Un « Compris ? » s’ajoutait naturellement dans l’air, sans besoin d’être prononcé. Son fidèle sourire en coin finit par être retrouvé, accroché à ses lèvres comme une signature, une marque de fabrique indissociable de sa personne. « Je ne veux pas de fuite. Tu gardes cela pour toi, et je te tiendrai au courant de la suite des choses… » S’exprima-t-il sans lâcher un instant les pupilles de sa vis-à-vis. Sacré Blythe, se disait-il intérieurement. Pour le coup, elle l’impressionnait. « Tu peux disposer. » Si tu le désires. « Mais, si tu désires me convaincre davantage, pour que je puisse à mon tour persuader mes ministres…tu peux m’accompagner pour déjeuner » Etait-ce une question piège ? On pouvait ce le demander vu leur passif, leur présent, et toutes leurs oppositions. A vrai dire, avec Cole, la réponse de Blythe et la façon dont elle la donnera pourraient s’avérer…décisives.

・・・・・・・・・・・・・・・



★ When a man hurries, the devil smiles ★
Power is not a means, it is an end. One does not establish a dictatorship in order to safeguard a revolution; one makes the revolution in order to establish the dictatorship.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 201
Avatar : Candice Accola
Crédits : sanae/tumblr
Age du personnage : 29 ans
Aura : Athéna
Profession : Sous-Secrétaire d'Etat à la Justice.
Humeur : Vigilante, mais ambitieuse
Citation : Pour qui est décidé à agir injustement, il n'y a pas de défense qui vaille.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: oui
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Ven 21 Juil - 22:53

  • L'ennemi de mon ennemi est mon ami. C’est cette recette vieille comme le monde que la jeune femme utilisait. Celle-ci avait toujours marché, tant qu’elle n’est pas dictée littéralement. Même si, sur le coup, Blythe avait clairement mis sur la table cet argument, elle l’avait utilisé, enveloppé, et même manipulé un peu son ex-mari en citant le nom d’Alys. Pourtant, Blythe est loin d’être bonne en cela, la manipulation. Cole le sait bien. Et elle n’avait aucune intention d’en user. Elle préférait nettement ces méthodes, quitte à se ramasser des échecs. Le fait qu’elle ne soit plus seule à se battre lui donnait des ressources inestimables. Wesley à lui seul s’avérait être un allié de taille. De plus, il lui apprenait bien des combines politiques pour qu’elle puisse toujours arriver à plus ou moins, s’en sortir. Elle qui est toujours considérée comme novice en ce domaine. Et pour le coup, nombreux sont ceux à avoir fait de l’ennemi le concept clé de la politique, ou plutôt de la distinction ami/ennemi. La politique c’est le terrain de la définition d’un ennemi et de la réalisation d’une société par opposition, dans cet antagonisme qui lui est constitutif. Dans leur contexte, l’ennemi n’est pas l’adversaire. C’est celui qui n’est pas ami ou pseudo allié, c’est celui qui est abjecte, celui qui est sans âme. C’est celui qui fonctionne comme fédérateur de tant de groupes qui se construisent dans le vœu pieu de le combattre, dans le fantasme de pouvoir unir les forces pour extirper le « mal ». La jeune femme sait que le mal absolu est le nouvel ordre. Mais pour arriver à atteindre ce dernier, il fallait jouer l’allié et effacer l’ennemi commun, en premier lieu.

    Ces arguments ayant réussis à atteindre Cole. Blythe ne pouvait que s’en réjouir grandement, une mine satisfaite vint d’ailleurs se faire une place sur ces doux traits. Pas trop quand même, elle ne désirait pas que Cole lise cela. « Oui, bien sûr. Discutes-en avec eux… » L’approuver, lui donner raison. Habiller davantage son discours de cordialités pour pouvoir l’influencer, lui prouver qu’il y avait du respect, et qu’elle continuait à bien connaitre sa place, et la sienne. « Personne n’en saura rien, et je m’en tiendrai à ce que tu auras décidé ». Rien ne garantissait que Cole finisse par changer le projet et opter davantage pour l’idée de Blythe. Elle pouvait déjà nommer les ministres qui désapprouveront cette proposition, et ce, de façon catégorique. Et ceux qui se montreront plus ou moins ouvert à la discussion. À dire vrai, la balance allait davantage vers le refus. Sauf que, elle ne comptait pas en rester là. La jeune femme se devait de se montrer digne de confiance, de se tenir à carreaux, de gagner Cole. Oui, le gagner. Le rallier, non pas à sa cause, il ne fallait pas rêver. Mais, obtenir quelques accords, quelques compromis, gagner du terrain et faire en sorte de s’immiscer petit-à-petit dans ses configurations, le conseiller, l’épauler, en n’oubliant jamais ses priorités et ses convictions. La jeune femme hoche de la tête lorsqu’il lui déclare qu’elle pouvait disposer. C’était le moment de s’effacer, de se taire, de laisser sa proposition mijoter dans la tête de Cole. Mais à peine venait-elle de récupérer son sac et qu’elle se dirigeait vers la porte, que la voix de Cole l’interpellait pour…une invitation qui sonnait telle une aubaine pour elle. Le genre de proposition qu’on ne pouvait pas refuser. Jamais, en ces circonstances. Oh que oui, elle désirait le convaincre davantage.

    Blythe fit mine de réfléchir deux petites secondes, avant de ne porter son regard sur Cole, et de lui répondre sur un sourire. « D’accord. Mais, j’aimerai avoir un mot à donner sur la cuisine que nous irons déguster…Si vous me le permettez, bien entendu, Monsieur le Premier Ministre ». Accentuait-elle sa fin de réponse en ne le lâchant pas du regard, et ne laissant son sourire s’échapper. Comme il en était pour le début de cette rencontre. Il est encore difficile de savoir si c’était les ex-mari-femme qui se parlent, les ennemis/alliés, ou le supérieur et sa subordonnée. Peut-être bien que c’était ce mélange assez particulier qui façonnait leur échange, à chaque fois.



・・・・・・・・・・・・・・・
Turn the anger into water; let it slip through our hands; We all bleed red, we all taste rain, all fall down, lose our way ▵ ©️endlesslove.
Welcome to the resistance, the tension is here, between who you are and who you could be; between how it is and how it should be
Revenir en haut Aller en bas
Every choice is mine. The canvas. The color.
avatar
Messages : 5051
Avatar : Joseph Morgan
Crédits : tag(avatar) & sassycece (gifs) & EXORDIUM. (sign)
Age du personnage : 35 ans
Aura : Ares
Profession : Prime Minister
Humeur : Stratège
Citation : Le pouvoir est une jouissance. La jouissance est dans le pouvoir.

Relationships
You & I:
Disponibilité Rp: on
Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole Sam 22 Juil - 12:25

Topic Terminé
To be continued :64:

・・・・・・・・・・・・・・・



★ When a man hurries, the devil smiles ★
Power is not a means, it is an end. One does not establish a dictatorship in order to safeguard a revolution; one makes the revolution in order to establish the dictatorship.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: White Shadows - Cole

Revenir en haut Aller en bas

White Shadows - Cole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost in The Echo :: LONDON CALLING :: Monuments :: Big Ben et Parlement-